Les Nains

Lorsque s’effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C’est le jeune Nain Tungdil qui donne l’alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, le Mage Lot-Ionan, il découvre l’armée qui avance sur le pays. A la tête de cette force d’invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. S’il veut sauver Hommes, Elfes, Mages et Nains du péril imminent, Tungdil n’a pas d’autre choix que de devenir un héros.


Mon avis :

Quoi? Comment un livre sur les Nains?! Quel bonheur… mais de quoi ça s’agit? Des romans de fantasy sur les royaumes humains, des ténèbres, des créatures oubliées et de ces êtres si parfaits aux oreilles pointues que sont les Elfes, de ces histoires il n’en manque pas. Si d’aventure on croise un nain dans ces récits, il occupe généralement un second rôle, voire un troisième, et est souvent tourné au ridicule. Rondouillard, avide de bière et rustre, limite grossier.

Quelle ne fut pas ma surprise comprenant que ce récit n’était pas taillé dans la même pierre que ses prédécesseurs. A vrai dire, je ne connais à ce jour aucun roman de la même veine.

lesnainsTout d’abord concernant l’histoire. Markus Heitz nous présente Tungdil. Ce dernier est un Nain élevé par le long sur patte (nom donné aux Humains) et mage Lot-Ionan. Tungdil n’a jamais rencontré ses semblables. Les informations qu’il possède sur son peuple sont celles lues dans les livres. Aussi va-t-on découvrir les Nains en même temps que notre héros lors d’un voyage qu’il va entreprendre au Pays Sûr. Et là, ô surprise ! Les Nains ne sont pas tous des êtres à la bedaine bondissante, ivres du soir au matin et rustres. Non ! Tungdil est un nain érudit attiré par les forges, Goïmgar est un nain au courage assez limité et tailleur de joyaux, Bravagor est un tailleur de pierre dépressif,… On apprendra même que parmi les Nains connus pour être fiers et solidaires envers leur peuple, il existe également des Nains qui vouent une haine envers leur semblable.

Et les Naines dans tout ça? Il est assez rare d’en voir habituellement. Mais là, non seulement on va avoir une description détaillée mais les Naines occupent des postes aussi importants que leurs homologues masculins.

Le style d’écriture est remarquable. Souvent, nous avons à lire des pages de descriptions pour nous imprégner du monde dans lequel l’aventure se déroule. Mais là, les descriptions sont courtes, précises et on ne s’en lasse pas. Les nombreux dialogues permettent une bonne dynamique du récit. A vrai dire, je n’avais pas l’impression de lire un livre, mais lire un film !

A lire sans modération !

Markus Heitz, né en 1971, est devenu l’un des auteurs allemands les plus populaires avec la parution des Nains, formidable best-seller en cours d’adaptation cinématographique, le plus grand succès dans son pays depuis Orcs. En Allemagne, Tungdil est devenu plus célèbre que Gimli, le nain du Seigneur des Anneaux.

Les Nains, Markus Heitz, Brochée, 2015 (576 pages)

 

Un commentaire sur « Les Nains »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s