La fontaine des Trois-Grâces

Les Grâces ou Charites sont trois aimables déesses et filles de Zeus. Pour d’autres, elles sont le fruit de l’union de Jupiter et d’Eurynome, ou du Soleil et d’Eglé mais plus communément de Bacchus et Vénus. Habituellement représentées au nombre de trois, chacune d’elles dégagent un sentiment de bonté : Aglaé la brillante, Thalie la verdoyante et Euphrosyne la joie de l’âme. Elles avaient pour objectif d’assurer les bienfaits et la reconnaissance. Ainsi, la gaieté, l’égalité d’humeur, la facilité des manières, la libéralité, la sagesse, l’éloquence étaient enseignées aux Hommes.


En France, on compte plusieurs représentations des Trois-Grâces : dans les jardins des Tuileries par Aristides Maillol, dans le grand foyer de l’Opéra de Lille par Gustave-Adlophe Crauk, à Revel et… bien entendu celle qui nous intéresse aujourd’hui, celle à la Place de la bourse à Bordeaux.

Il faut savoir que la statue des Trois-Grâces de Bordeaux ne fut pas présente dès le départ. Présente dès le Moyen-Age, la Place de la bourse autrefois connue sous le nom de Place Royale, ne devait accueillir une statue toute autre : la statue équestre de Louis XV. Cette dernière sera détruite lors de la Révolution Française. En 1828, une colonne de marbre rosepk-1-1826 surmontée d’un chapiteau blanc et d’un globe est érigée. Puis on confie alors l’exécution d’une nouvelle statue au dessinateur Ludovico Visconti.

Comme il est de coutume, les Trois-Grâces sont de jeunes vierges de tailles élancées, aux
formes généreuses et bien en chaire. Elles se tiennent par la main dans une attitude dansante.  Parfois, elles peuvent tenir en main une rose, un dé à jouer et une branche de myrte.

Ludovico Visconti ne verra jamais sa statue sortir des ateliers. Il mourut avant son achèvement. « Soucieux d’honorer la mémoire et l’oeuvre de son père, son fils
offrira les plans à la ville. Sculptée par Charles Gumery et coulée par les Frères Thiébaut, elle sera enfin dévoilée en 1869. Afin de bénir les statues, on appela le prêtre de la paroisse de Saint-Pierre qui déclara ce jour-là :


J’aurais préféré bénir des statues de saints plutôt que des seins de statues


En 2001, le destin de cette fontaine fut mis en jeu. Un projet prévoyait de la déboulonner pour la remplacer par une réplique de la statue équestre de Louis XV. Mais les Bordelais attachés à leur fontaine dans son écrin de la Place de la Bourse parvinrent à conserver leurs déesses.

En octobre 2009 la première campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein s’installe sur la fontaine, enrubannées de rose et baignant dans une eau rosée. Le rendez-vous est reconduit depuis tous les ans.046454-img_9175

Un commentaire sur « La fontaine des Trois-Grâces »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s