L’amour, en théorie

Si votre petit ami vous trompait avec Dieu, quelle serait votre réaction? Pourquoi les philosophes sont-ils des losers en amour? Lire des romans nuit-il gravement à votre vie sentimentale? En dis histoires sexy et mordantes, E.J. Levy répond à toutes ces questions, modernisant le sujet éternel : l’amour. Etudiants, professeurs, aspirants intellectuels, hétéros, gays ou lesbiennes, les héros de ce livres ont trop fréquenté les bibliothèques. Alors quand la réalité surgit devant eux, ils prennent peur. Mélancoliques, loufoques et attachants, les personnages d’E.J. Levy semblent tout droit sortis de la série Girls ou d’un film de Michel Gondry.


Mon avis :

Ce roman est une compilation de dix nouvelles. En toute honnêteté, les nouvelles ne sont pas du tout mon genre de lecture. A la fin de ce volume, j’en ai eu la confirmation. Non pas que je trouve ça mal écrit (car c’est très loin d’être le cas et je ne pense pas être celui qui me se permettre ce genre de critique), mais plus peur de la déception. Car je pourrais tomber sur une nouvelle qui me plaît et être déçu car elle se termine déjà. Dans ce contexte, je peux maintenant vous dire que j’ai trouvé L’amour, en théorie moyen comme livre, mais le sujet est très bien traité !

L’amour. On sait dire je t’aime. On sait pourquoi on le dit. L’amour nous fait faire des choses surprenantes. L’amour nous fait se marier pour certains. E.J. Lévy nous propose là de se pencher sur la question : qu’est-ce que l’amour, en théorie? Car ce sentiment n’est pas quelque chose de palpable. Et pour les plus cartésiens de ce monde, ils peuvent se confronter à de dures réalités ou simplement être perdus en amour.

En effet, que feriez-vous si votre conjoint(e) se vouait uniquement à Dieu, au point de vous annoncer son mariage avec lui? Acceptez que l’on puisse éprouver un sentiment non palpable envers une entité qui l’es encore moins peut paraître désuet de sens. E.J. Lévy nous apporte là un semblant de réponse (que je vous laisse découvrir).

Les philosophes se posent des questions, beaucoup de questions. Peut-être trop. Sans s’y attendre, notre philosophe s’amourache de Kate. Enfin, il pense que ce nouveau sentiment qu’il éprouve soit de l’amour. Mais comment se prouver à soi-même que l’on ne se trompe pas. Car Jack vient troubler sa conception philosophique de ce sentiment novateur.


Les systèmes sont inopérants dans les affaires de coeur. Ils excluent trop de choses, nous poussent vers de fausses conclusions. Nous supposons au lieu de savoir. Notre seul espoir est d’apprendre par l’expérience.[…] Le désir prouve qu’il y a de l’amour. Le teste. Du moins, c’est ce que fait le désir exceptionnel, mais le désir n’est-il pas toujours exceptionnel pour ceux qu’il frappe?


2381145f62a8fc1da7a4d6e2887055ee

Et puis arrive le cas du couple séparé mais pas divorcé. Comment peut on parle d’amour lorsque l’un s’accroche inexorablement à l’autre tandis que ce dernier passe du temps avec une « poulette » plus jeune. Sans doute que l’amour est bien plus qu’une histoire de mot ou d’expression. Il est l’expression d’acte que l’on ne pourrait faire pour d’autre personnes que pour celle à qui l’ont dit « Je t’aime ».


Richard comprend que son père ne la (sa mère) quittera jamais et n’en a jamais eu l’intention. Alors qu’il s’accroche au garde-fou du brancard, parant aux freinages et aux virages du véhicule, Richard entrevoit la chose simple qui lui avait paru obscure jusque-là – ce que veut dire passer une vie ensemble : avoir quelqu’un à vos côtés quand vous tombez.


Même si je reconnais ne pas avoir pris grand plaisir à lire ce livre (qui je trouve est un peu lourd à lire parfois), je dois souligner le travail remarquable qui nous pousse à nous poser beaucoup de questions. Ce livre nous amène à porter une réflexion sur le sujet de manière scientifique, comme pour en sortir notre propre théorie dans le domaine.

Retrouvez L’amour, en théorie ici !

E.J. Levy est enseignante à la Colorado State University. L’amour, en théorie a été récompensé par de nombreux prix en Amérique, dont le prestigieux Flannery O’Connor Short Story Award et le GLCA New Writer Award, qui ont couronné des auteurs comme Alice Munro.

L’amour, en théorie, E.J. Levy, Rivages, 2015 (286 pages)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s