Les deux coups de minuits

Les coups de Tonton ? Un sans-faute, toujours ! Enfin, presque toujours… On n’ira pas jusqu’à dire que cette fois-ci, il y a eu une exception, mais il faut avouer qu’au lendemain de ce coup fumant dans un palace parisien, il y a comme du jeu dans la mécanique du baron de la truande. En effet, alors que le boss se réveille d’une soirée bien arrosée, il découvre sa maison totalement retournée. Plus rien n’est à sa place hormis le papier peint sur les murs. Mais que s’est-il passé ? Son équipe fait une drôle de mine, deux membres sont absents, et pire que tout : le fric récupéré la veille a disparu ! Il suffirait pourtant de poser les bonnes questions à cet inconnu vautré sur le divan, qui doit tout savoir de ce qui s’est passé durant la nuit. Mais Tonton a beau insister, l’invité surprise refuse obstinément de répondre. Il faut dire que les cadavres sont rarement bavards… Le mot de l’éditrice : Dans cette nouvelle aventure, Tonton semble avoir un peu perdu le contrôle des événements. Autour de lui, plus rien n’est pareil. Ni sa maison, ni son équipe. Et sa mémoire lui fait sérieusement défaut…


Mon avis :

Ah… Ce cher Tonton. Quel plaisir de retrouver ce vieux bougre trimbalant son paquet à la vue de tous… Comment ?! Mais que fais Tonton dans la tenue de la pochtronne de service tandis que ses gonzes éclatent une bulle collective au salon… euh… Pas si collective ! Il manque le taulard et la dite pochtronne justement… et le pognon ! Rien ne va plus. Maintenant, c’est de trop ! Non seulement Tonton viens de se faire voler l’argent qu’il a lui-même volait hier soir, mais il soupçonne maintenant un de ses plus fidèles marmots de l’avoir doublier avec l’aide de la domestique piquée à l’eau de vie !

2a98b2797636a542fa90989f00308f48eec7ab0a

Nouvelle aventure, nouveau perfect en ce qui me concerne. On retrouve une première de couverture alléchante dont un jeu de mots où il vous faudra lire le roman pour mieux en apprécier la saveur.

Quand on se lance dans ce nouveau chapitre de la vie de Tonton, on a vaguement l’impression d’un déjà vu. Comme si le destin s’acharnait sur l’être le plus aimable et philanthrope du monde. Et c’est reparti pour un tour. Il va falloir du sang-froid à Tonton pour comprendre ce qu’il s’est passé. Surtout qu’une fois de plus il va devoir faire avec Pierre qui n’a toujours pas gagné de neurones à la dernière fête foraine, M’amour qui non-content de ne pas voir, philosophe de plus en plus (voir même qui a pris un petit coup de vieux) et Gérard qui a atteint le sommet en matière de léchage de pompe.

En revanche en ce qui me concerne, grosse surprise de la part du Zébré ! Sans dévoiler le magnifique spectacle qu’il va nous offrir, le taulard de la bande enfile sa tenue de James Bond et va mener une enquête toni-truande. Humour, histoire croisée et rebondissante, coup foireux et castagnes sont au rendez vous.

Une aventure à consommer sans modération grâce à Samuel Sutra une fois de plus !

Retrouvez Les deux coups de minuits ici !

Après des études en Histoire de l’Art, il a obtenu une maîtrise de philosophie à la Sorbonne Paris IV. Il a été publié par les éditions Terriciae, puis Sirius, et aujourd’hui par les éditions Flamant Noir lesquelles, après avoir publié « Le Bazar et la Nécessité », ont racheté les droits de ses précédents livres, notamment sa série Tonton. Il vit aujourd’hui dans le Sud-Ouest, adore le jazz, la philosophie et le chili con carne…

Les deux coups de minuits, Samuel Sutra, Flamant Noir, 2016 (215 pages)

 

Un commentaire sur « Les deux coups de minuits »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s