La valse des sentiments

– Il vaudrait mieux ne pas tomber amoureux de moi, Tristan Meyer. Je suis une vraie fille du voyage : éprise de liberté, instable et infidèle.
– Trop tard…
Lorsqu’elle entend la réponse de Tristan, Clara sent son cœur s’emballer. Pour elle aussi, il est trop tard : elle est irrémédiablement tombée amoureuse. Et pourtant, elle doit lutter contre cet amour impossible. Car elle n’a de place dans sa vie que pour un seul amant : son violon. Une passion envahissante, immense et exclusive qui occupe sa vie depuis toujours et que le beau chef d’entreprise semble incapable de comprendre. Mais, s’il ignore tout de la musique et de ses arcanes, Tristan sait jouer de son corps comme personne…


Mon avis : 

51xr0z0hk8l

Dans le cadre partenariat, Marie Lerouge me fait découvrir tour à tour trois romances de sa création. Penchons-nous aujourd’hui sur le premier, La valse des sentiments.

D’un point de vu objectif, la couverture parle assez d’elle-même du contenu. En revanche, subjectivement parlant, la partie supérieure de l’illustration est visuellement réussie. La partie inférieure est un peu cul-cul et colle peu au personnage de Clara.

La valse des sentiments réunis les éléments en mon sens d’une bonne romance : un amour presque impossible, un élément perturbateur au toupet sans commune mesure, une histoire familiale qui se rajoute par-dessus et… la musique ! Je ne suis pas un grand lecteur de romance (pour être honnête c‘est le second), mais je ne pense pas qu’il y a de grandes nouveautés le dedans. En revanche, j’ai apprécié cette lecture pour d’autres raisons.

Marie Lerouge n’a pas écrit ce roman : elle l’a joué comme une partition. On navigue à travers l’histoire au fil de différents morceaux d’un concerto. Les titres et la dynamique temporelle qu’elle emploie justifient le titre : non seulement les personnages valsent au grès de leurs sentiments, mais la plume de Marie nous invite à en faire de même.

Notamment par le fait que ces personnages sont attachants. Clara, tzigane dans l’âme et dans le sang, a l’esprit libre de son peuple, fière et ne saurait accepter qu’on lui marche sur les pieds. Paradoxalement, elle laisse les gens autour d’elle décider de son avenir au détriment de l’Homme à qui elle voue son amour. Mais jusqu’à quand? Et si l’Amour était le vrai sens à donner à la musique sans qui elle n’aurait aucune saveur?
Tristan, lui, est un homme d’affaire voué à la santé de son père. Reprenant l’entreprise familiale, il en oublie son propre bonheur. Mais là encore, l’Amour ne serait-il pas l’élément qui permettrait de tout satisfaire?

A travers leur histoire, et grâce à la plume légère de l’auteure (bien que technique par moment, mais très bien expliqué en note), j’ai lu ce roman tout en ressentant la passion, la déception, la joie et la tristesse, la douleur et l’humour de chacun. Je ne suis pas du tout mécontent de cette première découverte, en espérant que le second sera dans la même veine, Le choix de Pénélope.

Retrouvez La valse des sentiments ici !

Curieuse insatiable et globetrotteuse passionnée, Marie Lerouge est devenue journaliste dans une première vie. Trois enfants et de nombreux déménagements plus tard, cette amoureuse des mots désormais fixée à Paris, laisse son imagination déborder dans l’écriture de romances nourries de ses rencontres et de ses voyages.

La valse des sentiments, Marie Lerouge, Harlequin, 2014 (194 pages)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s