L’île du Point Némo

Découvrez une usine de cigares dans le Périgord noir, embarquez à bord du Transsibérien, grimpez dans un dirigeable, poursuivez votre périple en sous-marin à la recherche du diamant volé de Lady MacRae. Et croisez au fil des pages un dandy opiomane, l’ignoble monsieur Wang, une épouse nymphomane et frustrée, l’insaisissable Enjambeur Nô. Quelle folle imagination a pu faire naître un tel roman ?


Mon avis :

Second roman nominé pour le Prix Lire En Poche de Littérature Française, L’île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès est un livre qu’il me tardait de découvrir de par son titre qui n’est pas sans rappeler un auteur que j’apprécie beaucoup, Jules Vernes.

51jnlrrxool-_sx195_

La couverture glacée très agréable au touché (oui, je n’en démordrai pas, j’adore !), met en scène un grand bi (bicyclette britannique), un train à vapeur et un étonnant dirigeable muni d’hélice. Un gros diamant jaune, une colombe et un homme du XVIII venant jouer les trouble-fête. C’est simple, C’est haut en couleur, c’est propre. Sans avoir besoin de retourner le livre pour lire la quatrième de couverture, voilà un beau résumé de l’univers dans lequel je m’apprête à plonger.

L’île du Point Némo est un étonnant roman mêlant plusieurs histoires.

La première, qui est entre autres l’intrigue principale, nous conte l’histoire aventureuse d’un dandy opiomane en la personne de Canterel. Il va devoir enquêter sur la mystérieuse disparition d’un diamant à la valeur inestimable que possède son ex compagne. Embarqué dans une folle aventure et une enquête digne de Sir Arthur Conan Doyle, il fera notamment équipe avec un descendant de Holmes. Un Holmes au lourd secret, qui est un sacré personnage et que j’ai beaucoup apprécié tant il diffère de son aïeul. Les différents indices qu’ils récolteront les entraîneront à travers le monde, nous permettant également de découvrir des machines extraordinaires et un monde à la Jules Vernes sans équivoque aux vues des nombreuses références. Ils seront cependant mis à rude épreuve. Une ombre à la Moriarty, un ennemi insaisissable, ayant toujours un coup d’avance, souhaite s’emparer du diamant avant les deux comparses.

Une première anecdote nous est dévoilée avec l’histoire de Wang. Patron d’une société, dont seul le profit intéresse et véritable pervers immoral.

En parallèle, nous vivrons une autre aventure au sein d’un couple. Madame est nymphomane. Monsieur est victime d’impuissance. Au travers de procédés aussi farfelus, les uns que les autres, Madame va tenter de raviver la flamme dans l’appareil de son mari pour en bénéficier. Mais jusqu’où sera-t-elle prête à aller? Et saura-t-elle accepter le résultat? Je dois vous avouer que cet univers est une clef essentielle de ce livre. En effet, l’intrigue principale étant assez complexe à suivre, celle-ci permet de détendre un peu l’atmosphère avec un humour salace tout en restant très propre.

Reprenant dans un style plus mélancolique, l’auteur nous invite à partager l’instant douloureux d’Arnaud. Ce dernier est un Périgourdin (Ah ! En plus, il habite pas très loin d’où je suis né… ok je reprends la chronique…) qui a fait fortune dans un premier temps en créant une marque de cigare de luxe à la française. Mais le mauvais sort va s’abattre sur lui. Cette intrigue, bien que marqué par un drame, reste intéressante par tout le côté historique rapporté qui situe bien le livre et permet une critique construite de la société.

Enfin, comme pour nous obliger à réaliser une pause nécessaire pour lire cette œuvre, les Derniers Télégrammes de la nuits nous sont communiqués.

Ce roman fou est donc composé de diverses histoires, dans différents styles. Cette particularité rend la lecture compliquée. D’autant que l’auteur fait référence tant par les choix des intrigues, des protagonistes et des décors à de nombreux auteurs du XIX siècles. Pour les amoureux de la littérature, autant vous dire que vous allez êtes servis : Jules Vernes, Sir Arthur Conan Doyle, Dumas, Melville,… Et pour illustrer encore plus cela, quoi de mieux qu’une carte illustrée par des patronymes d’œuvres connues comme Bovary Bay.
Pour les autres, il faudra soit faire quelques recherches pour comprendre certains passages, ou bien, vous lirez ce roman comme n’importe lequel, sans forcément vous rendre compte de la richesse dont il est pourvu.
Dans tous les cas, avec de la patience, L‘île du Point Némo offre une fin invraisemblable à la Jules Verne.

Enfin, je terminerai ce petit tour d’horizon par cette phrase : la diversité empêche-t-elle l’unité?

Retrouvez L’île du point Némo ici !

Jean-Marie Blas de Roblès arrive en France après le rapatriement des Français d’Algérie. Il suit des études de philosophie à la Sorbonne et des cours d’histoire au Collège de France. En poste au Brésil comme enseignant et directeur de la Maison de la Culture Française à l’Université de Fortaleza, il reçoit le prix de la nouvelle de l’Académie Française pour son recueil La Mémoire de riz (1982). En 1987, il est en Chine Populaire et fait paraître L’Impudeur des choses, son premier roman. Après un séjour au Tibet, il rejoint sa nouvelle affectation à l’Université de Palerme en empruntant le Transsibérien. Membre de la Mission Archéologique Française en Libye depuis 1986, Jean-Marie Blas de Roblès a participé chaque été aux fouilles sous-marines d’Apollonia de Cyrénaïque, de Leptis Magna et de Sabratha en Tripolitaine.

Pour Là où les tigres sont chez eux il reçoit le Prix Médicis, le Prix du Roman Fnac et le Prix Giono en 2008. Ce roman est le fruit de dix ans de travail.
En 2014, il sort, toujours chez Zulma qui l’avait accueilli pour son monumental Là où les tigres sont chez eux, un roman d’aventures foisonnant, L’île du Point Némo.

L’île du point Némo, Jean-Marie Blas de Roblès, Points, 2016 (470 pages)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s