Salon du Livre de Paris 2017

Jeudi 23 mars 2017. Tu es dans ton lit. Tu tournes à essayer de trouver le sommeil. Visiblement, ce dernier est plus malin que toi puisque tu ne parviens pas à le rattraper. Alors tu finis par épuisement, ou parce que tu t’es cogné la tête contre le mur, à t’assoupir vers deux heures du matin pour finalement te réveiller à quatre heures. Pourquoi me direz-vous ? Mais parce que, nous sommes le Vendredi 24 mars 2017 et que j’ai rendez-vous à six heures dix-neuf pour prendre mon train en direction du Salon du Livre de Paris !


Après de nombreuses incertitudes liées à un emploi du temps parfois compliqué, je me suis donc rendu au Salon du Livre de Paris 2017. Je vais passer sur les détails de ma joie, d’autant qu’elle a dû se voir sur facebook pour ceux qui me suivent (les autres, je viens juste de mettre le lien qui va bien, plus d’excuses). En revanche, je vais me faire un plaisir de vous raconter cette folle journée pour ceux qui n’avaient pu s’y rendre. Non. Je ne vous nargue pas. Je vous informe.

IMG_20170324_060221


06H00
Arrivée donc en garde de Bordeaux Saint-Jean, j’attends d’avoir la voix sur lequel mon TGV dort.
 Oui, eux aussi dorment ! C’était marrant de voir le nombre de filles avec leur Tote-Bag pour aller au Salon. Ah. Voix 1. En route. Sauf que, quest ce que je vois sur mon TGV ? Doubles interrogations :

1. Va-t-on arriver à l’heure ? (bah oui, c’est la SNCF)

2. Va-t-on vraiment à Paris ? (nouveauté pour la SNCF ça)
09h33 Je vous passe les détails du voyage. Bien qu’excité comme une gazelle face à un lion, j’ai coincé une grosse bulle dont la vitre du TGV doit se souvenir. Petit provincial que je suis, j’avais planifié tout mon trajet de peur de me perdre à Paris. Je m’engage donc sur la ligne 12 (merci aux agents très courtois de la RATP que je voyais pour la toute première fois qui renseignaient les usagers dès l’entrée des tunnels). Arrivé à Porte de Versailles le drame ! Des sorties différentes selon le hall où l’on voulait se rendre… Horrible. Vous savez que vous êtes juste sous le Salon, mais pas moyen de savoir prendre quel chemin pour s’y rendre… Bah, j’ai pris le 1 et…

IMG_20170324_095815

09h55 Le Salon du Livre de Paris avait déjà ouvert ses portes ! Trop cool ! Je suis tous les petits moutons avides de lecture vers l’entrée du hall. C’était trop mignon. J’entendais même des enfants de cinq ans demander combien de livres ils pouvaient prendre avec leur chèque-lecture. Après m’être extasié face à cet élan de la jeunesse, je remets ma casquette de provincial organisé et je sors mes plans, mes plannings… Bref, mon bazar. Je me rends aux entrées très fluides à la vue du peuple et je ne reste pas plus d’une minute dans la queue ! De ce côté-là, très bonne organisation. Allez zou. Direction mes auteurs et maisons d’éditions chouchoutes ! 

IMG_20170324_100541

10H05 à 13H00 Comme vous le voyez sur la photo, l’espace est immense. Je ne peux que vous conseiller de vous y rendre le vendredi. Si le week-end la foule est beaucoup plus importante au risque de se sentir étouffer, bousculer et je ne sais quoi encore, j’ai passé un super salon car il n’y avait pas plus de monde que ça au regard de l’espace. 

Ce qui m’a notamment permis de parler avec les deux personnes que je ne voulais pas rater durant ce voyage, à savoir Manon Elisabeth d’Ombremont dont je vous ai parlé dernièrement pour Bratva, et Mina M. illustratrice de Ronces Blanches et Roses Rouges aux éditions Magic Mirror.

J’été trop happy ! Toutes les deux sont super gentilles et ont accepté de répondre à quelques questions pour le blog. Vous ne tarderez pas longtemps à en apprendre davantage sur ces deux professionnelles. J’en ai profité également pour découvrir un peu mieux les Editions du Chat Noir (stand de Mina M.), celui de L’ivre Book, le Héron d’Argent, Chérubin EditionSomething Else Edition, Luciférines et Underground. Je vous les présenterai dans un prochain article également, car ils ont tous eu l’amabilité de répondre à quelques questions. Mon petit tour terminé, voici ma première moisson de l’année :

 

IMG_20170326_101633

En attendant la petite surprise de 17H00 (quoi je ne vous l’ai pas dit… Mais si sur Face de Bouc ! A 17H00, j’avais rendez-vous avec un invité mystère !) j’entreprends donc le tour du Salon. Autant vous dire que je suis allé de surprise en surprise !

Au détour des différentes allées, je me suis retrouvé nez à nez avec un citron jaune géant qui s’est vite fait agressé par une bande de tout petit m’offrant un super remake des petits loups garous dans Hotel Transilvania, un Spirou plus vrai que nature, un Dark Vador plus moche que nature et un loup qui dès son arrivée à fait pleurer une petite fille (pauvre loup quand même…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et qui a dis que les Hommes politiques ne s’invitaient pas partout ? Hein… Personne, je sais. Me voilà après avoir vu un citron géant face à MMélanchon. Ce dernier dédicaçait son livre comme les auteurs présents ce vendredi. Son service d’ordre a été impeccable. Petite remarque qui a son importance. Etant apolitique, et très objectivement parlant, MMélanchon était visiblement très ouvert à la discussion et était comme tous les auteurs présents , abordable. Un humain quoi. 

Tandis que le second dans l’histoire que je croise non sans quelques souvenirs, c’est M. Macron. Alors autant l’Homme, je ne dirai rien puisque je ne l’ai pas vu, autant son service d’ordre est horrible ! Désagréable, parfois violent, même pas foutu de remarquer qu’ils poussent sans ménagement un pauvre type portant une orthèse (c’est moi le pauvre type) ou une jeune fille qui ne demandait rien sinon de profiter du salon. Sinon, je vous laisse juger par des images comment j’ai perçu ces deux rencontres insolites.

S’en est suivi deux grosses surprises. J’ai rencontré Feldrik Rivat. Un auteur dont la curiosité va me pousser à acheter ses livres. Mais notre discussion a été très plaisante et je suis déçu d’apprendre qu’il partira au Canada prochainement. J’espère le revoir en France de temps à autre pour des rencontres comme celle-ci. Et le méga surprise du feu de dieu, ça été John Lang ! Pour ceux qui ne connaissent pas le nom, c’est le Papa de Naheulbeuk ! Agréable échange et surtout, il a eu la gentillesse de m’offrir une carte dédicacée avec mon nom dans son jeu qu’il déterminé par un savant calcul de dès de 20 dont il est le seul à comprendre quelque chose. Je ne résiste pas à partager mon nouveau patronyme : 


Crânel
Dutonneau de Rata-Dor, fils des Batailles !

Oh yeaaahh ! Trop la classe !

 

17H00 Remplis de bonnes émotions et fatigué par cette journée, j’ai clôturé ce salon avec une rencontre que j’attendais, et teinté de mystère depuis quelques jours sur Face de Bouc. J’ai rencontré Rose Morvan sur le stand Something Else Edition. Un grand merci à cette auteure qui a eu la gentillesse de venir me voir après son travail alors qu’elle n’était pas présente ce jour-là. Un nouvel échange qui m’a permis d’en apprendre plus sur le travail d’auteure, et sur ce genre que je ne privilégiai pas avant la lecture de l’Héritière de la Nouvelle-France, à savoir la romance historique. Je vous invite particulièrement à découvrir cette auteure, vous serez agréablement surpris, je pense. 
Et voilà ! Retour à Bordeaux, j’avais plein de cadeaux et de petites anecdotes, d’étoiles dans les yeux et plein de pages à lire et à écrire ! Dans un prochain article, je vous parlerai un peu plus en détail des maisons d’édition que j’ai découvert, de Manon Elisabeth d’Ombremont et de Mina M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s