Autre-monde, tome 2 : Malronce

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde. 


Mon avis :

Début avril 2016, je publiais mon avis sur le premier volet de Autre monde de Maxime Chattam. Et j’avais terminé ma critique sur « Il me tarde néanmoins de lire la suite avec Malronce pour me fixer une idée sur cette saga young adult. » Chose promise, chose due !

71kqdxwsuyl

Tout comme pour l’Alliance des trois, on retrouve une couverture très agréable. Le globe a cette fois-ci évolué en se faisant plus précis sur les limites de cet Autre monde. En son centre a été fixé un compas avec notre cher scarabée à une extrémité tandis qu’une pomme est son pendant. Bon, peut être que l’on va savoir ce qu’est ce scarabée car on ne le sait toujours pas… En tout cas, ce rouge sombre, presque angoissant m’a fait tilt. Aurait-on le droit à du vrai Maxime Chattam ?
Pour ceux qui n’auraient pas lu le premier volume, un léger spoil arrive. Je vous aurai prévenu.
On retrouve donc au début de Malronce Matt le fou de lame, Tobias l’éclair et Ambre la perspicace du groupe (et accessoirement télépathe). Notre petit groupe en ayant formé l’Alliance des trois décide donc de se rendre dans le sud pour comprendre pourquoi la tête de Matt est mise à pris. Mais également pour en apprendre davantage sur les événements récents qui animent notre planète.
Encore une fois, rien de bien novateur dans l’histoire. Malgré un petit bon temporel de quelques mois, c’est comme si rien n’avait changé. L’auteur reprend les éléments qui fonctionnent avec d’étranges créatures, et des enfants qui s’émerveillent toujours autant qu’ils ont peur d’un paysage hostile qui s’est installé sur la planète. Les adultes sont toujours aussi méchants, sans comprendre pourquoi ; et les enfants, toujours les victimes de ce nouveau monde.
En revanche, la plume de Maxime Chattam s’est de nouveau « Chattamiser » ! Et ça c’est super.

L’auteure a nettement travaillé sur le côté psychologique de ses personnages, nous offrant un nouveau regard sur ce groupe de jeunes enfants qui se retrouvent confrontés à des problèmes plus contemporains. Ainsi Ambre cherchera sa place en tant que femme dans un monde à dominante masculine. Tobias, enfant noir et un peu marginal, essayera quant à lui de s’affirmer parmi ceux qui jouent de leurs atouts. En ce qui concerne Matt, s’il a continué à évoluer, je le trouve de moins en moins intéressant. On retombe en effet sur un schéma classique du héros qui se croit parfait, bien que pour l’avancé de l’histoire, il le fallait.


Autre nouveauté, le côté un peu plus violent de ce volume. Les scènes de combats sont plus nombreuses et plus réalistes. N’oubliant cependant pas que cette saga est destinée à la jeunesse, Maxime Chattam a su trouver le bon compromis pour se lâcher comme il sait le faire.
Si le début de Malronce a été un peu long en ce qui me concerne, les deux derniers tiers ont été riches en rebondissement si bien que je ne suis pas parvenu à lâcher prise. Il m’aura fallut une après midi pour le terminer ! Car ce volume est riche en découverte, mais tout autant en question, avec une intrigue morbide comme l’auteur est friand. Celle ci évolue en temps, ce qui promet de beaux casses têtes philosophiques à suivre
En résumé, les novices vont entrer peu à peu dans l’univers Chattam pendant que les plus vieux lecteurs se raviront de lire une fiction facile mais néanmoins marqué de cette plume si particulière.


Retrouver Autre monde : Malronce ici !

Maxime Chattam, nom d’auteur de Maxime Drouot, est un romancier français, spécialisé dans le roman policier. Au cours de son enfance, le jeune Maxime fait de fréquents séjours aux États-Unis: sa première destination en 1987 est Portland dans l’Oregon, ville qui lui inspirera son premier thriller (« Le 5ème règne », 1999). Rêvant d’abord d’être comédien, il suit le Cours Simon, devient figurant dans un spectacle de Robert Hossein et joue dans plusieurs téléfilms. Il fait plusieurs petits boulots et reprend ses études de Lettres modernes. Pour se faire connaître du milieu du livre, il devient vendeur de romans policiers à la FNAC. Il suit une formation de criminologie pendant un an où il étudie la psychiatrie criminelle, la police technique et scientifique et la médecine légale. Toujours libraire, il consacre ses week-ends à son projet de thriller. Maxime Chattam est membre du collectif d’artistes La Ligue de l’Imaginaire. Il est marié à l’animatrice Faustine Bollaert depuis le 31 août 2012 et papa d’une petite fille.

Autre monde : Malronce, Maxime Chattam, Albin Michel, 2009 (407 pages)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s